Retour au blogue

Le Forestier en chef : un regard indépendant sur notre forêt

Au Québec, la forêt est omniprésente. Elle occupe près de la moitié du territoire québécois. Ces grandes étendues peuplées d’arbres sont bien entendu une richesse et nous en prenons soin pour nous assurer d’en avoir pour longtemps.

La gestion des forêts n’est pas laissée au hasard. Elle est confiée au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs et, depuis 2005, le Forestier en chef y joue un rôle exclusif et d’une importance capitale pour assurer la pérennité du milieu forestier en fonction de son utilisation diversifiée.  

La fonction de Forestier en chef : un maillon clé dans la gestion de la forêt

La création de la fonction de Forestier en chef est l’une des principales recommandations du rapport de la commission Coulombe qui était chargée, en 2004, d’examiner la gestion forestière du Québec et de proposer des pistes d’améliorations. En outre, la mission du Forestier en chef est de déterminer les possibilités forestières, d’éclairer les décideurs et d’informer la population sur l’état des forêts.

Une assurance pour la pérennité de la forêt

La détermination des possibilités forestières est la principale fonction du Forestier en chef. En termes simples, il s’agit de déterminer le volume maximal des récoltes annuelles de bois que l’on peut prélever en forêt publique, sans diminuer la capacité de renouvellement de la forêt.

Ce calcul doit prendre en compte une multitude de facteurs tels que l’état de la forêt, son évolution, de même que son utilisation diversifiée, c’est-à-dire l’ensemble des besoins et des objectifs économiques, sociaux et environnementaux de ses utilisateurs.

Pour les années 2018 à 2023, la possibilité forestière au Québec est de 34 millions de mètres cubes de bois annuellement. Depuis l’entrée en vigueur de la Loi sur les forêts en 1986, la récolte forestière n’a jamais dépassé la possibilité forestière au Québec.

Comment se porte la forêt? Allons-nous dans la bonne direction?

Le Forestier en chef a également le mandat de conseiller le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs et d’analyser les résultats obtenus en matière d’aménagement durable des forêts du domaine de l’État.

Louis Pelletier, Forestier en chef :

Nous examinons actuellement plusieurs critères d’aménagement durable et pour chacun d’eux, nous mettons en lumière les progrès accomplis comme les écarts à combler. L’examen porte notamment sur la diversité biologique, la productivité des écosystèmes, les sols et l’eau, les avantages sociaux et économiques à l’égard de la forêt, le bien être des collectivités forestières et le respect des droits ancestraux. Notre analyse sera remise au ministre en 2020, puis rendue publique.

L’indépendance du Forestier en chef

La fonction de Forestier en chef jouit d’une indépendance reconnue par la Loi sur l’aménagement durable du territoire forestier. Les travaux du Forestier en chef se réalisent sans ingérence et sont basés sur les plus récentes connaissances et recherches scientifiques sur la forêt. C’est donc un regard indépendant que le Forestier en chef porte sur la forêt et son aménagement durable.

Sortir des sentiers battus

Découvrez toutes les nouveautés et les innovations du secteur forestier pour une gestion durable de nos ressources.